2016/08/08

Gavure de mode - Crinoline et robe de mariée

J'en ai ramené des choses de ces vacances ! A commencer par une jolie gravure du début des années 1860...
Robe de mariée à crinoline
Bon, en fait, j'en ai ramené tout un paquet, que je vais vous présenter petit à petit. On commence par un aparté pour celle-ci - parce que MARIÉE ! J'en profite pour continuer sur ma lancée de l'histoire de la robe de mariée (premier article et second article par là)
La gravure vient du Moniteur des Dames et des Demoiselles. Je n'ai pas la date précise - la série était datée entre 1863 et 1864, mais j'ai pu constater que le brocanteur n'avait strictement aucune idée de ce qu'il vendait (il a collé les gravures sur du carton gris, nom d'un chien ! COLLE !) et qu'il était capable de mal recopier la date même quand elle était marquée sur la gravure elle-même.
Et la période des crinolines, ce n'est pas celle que je maîtrise le mieux, donc à prendre avec des pincettes.
Gravure de mode, robe de mariée
On oublie trop souvent que les "robes de princesse" de l'époque victorienne qui font rêver les petites filles, ce sont surtout les robes habillées, les robes de bal, décolletées et froufroutantes.
Le mariage, c'est une affaire de jour, ça se passe à l'église - alors cachez ce sein que je ne saurais voir ! Cette robe est un très bon exemple : le col est ras de cou, les manches longues (et des gants bien sûr).
Une mariée en 1863
Les décorations sont très sobres : de petites ruches dans le même tissu que la robe, un chou à la ceinture, un petit bouquet à la même ceinture, sans doute des fleurs d'oranger en cire qu'on retrouve aussi sur la coiffe. Et l'élément le plus important : deux larges volants de dentelle. La dentelle, à l'époque comme maintenant, ça coûte un petit bras. Ca se récupère sur les robes hors d'usage, ça se réemploie, et même ça se passe de génération en génération. Même Victoria l'a fait avec la sienne. La dentelle, c'est pré-cieux.
Le grand voile semble d'ailleurs ne pas être en dentelle, mais en simple tulle souple.

A côté de la simplicité de la mariée, la robe bleue semble presque surchargée, avec tous ses entrelacs de soutache noire, son faux gilet, ses petits brandebourgs, son chapeau avec perles, fleurs et bavolet de dentelle...
Robe à crinoline
Est-ce que j'ai dit "Miam !" ?

Pour ne pas manquer les autres gravures anciennes que j'ai encore à vous présenter, pensez à vous inscrire si ce n'est pas déjà fait :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire