2018/12/03

Exposition - Des indiennes en Suisse

Les indiennes, les toiles peintes, les cotons imprimés qui pulullent dans la mode et le textile d'ameublement du XVIIIème siècle, c'est un sujet que j'adore. Sans doute parce que c'est pile au croisement de plusieurs de mes dadas - l'histoire du costume, la couture, la gravure et l'impression.
Planche poru impression textile
Pour une fois on pouvait même voir du matériel d'mpression !
Cet automne, je me suis propulsée jusqu'en Suisse, au château de Prangins, pour une superbe exposition consacrée aux tissus en question.
Avant qu'on m'objecte que l'exposition y est terminée, une petite note pour vous dire qu'elle doit aller se promener à Zurich à parti d'août 2019. Par ailleurs, le catalogue est très, très chouette et à un prix très raisonnable pour la qualité.
Exposition tissu indiennes
Ceci est censé être la Bastille... oui oui.
Nous avons pu admirer un certain nombre de très belles pièces d'habillement - et un peu d'ameublement aussi. Mais le gros point sur lequel se concentre l'expo, c'est le tissu lui-même - comment il est fabriqué, où, par et pour qui, comment il suit la mode et les évènements politiques...
Indienne tissu imprimé
L'expo est sans doute la plus complète que j'ai vue à ce jour sur le sujet, et pour ne rien gâcher elle reste remarquablement claire et pédagogique. Elle s'applique aussi à retracer le parcours et le commerce des indiennes, du produit au luxe à l'article de traite négrière, et les transferts de compétences qui se font avec l'importation, l'interdiction puis sa levée.
Robe à la française en indienne
En bref - parce que je ne peux absolument pas tout vous résumer en un simple article de blog -, c'est une expo fantastique, très riche et dans laquelle je serais bien restée plus longtemps, si je n'avais pas eu la route à faire.
Caraco en indienne
En ce qui concerne le catalogue, il correspond pas mal à mon idée du catalogue idéal :des articles pointus et précis, de belles photos (je crois que toutes les pièces exposées y sont, sauf peut-être une qui semble avoir été remplacée par une autre), et des explications détaillées en légende de chaque pièce. Même si vous n'avez pas l'occasion de voir l'exposition, je vous recommande l'achat du livre si vous vous intéressez un tant soit peu au textile et au costume du XVIIIème et du début du XIXème.
Vêtements XVIIIème siècle en indienne

Dernier petit point bonus, l'exposition elle-même était agréable à parcourir, pas de problème majeur de circulation ou de lecture des cartels. Et vous savez quoi ? C'est fichtrement reposant...

Pour recevoir les notifications des nouvelles publications directement dans votre boîte mail, et pour en apprendre un peu plus sur les coulisses de l'atelier, c'est par là :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire