2016/02/24

La Belle robe de la semaine - Charles James, deuxième épisode

Dans mon dernier post d'inspiration mariage, je vous montrais une robe de mariée et une robe de bal du grand couturier anglo-américain Charles James. Deux robes presque identiques, deux variations dans des teintes différentes.
Le hasard, faisant bien les choses, m'a remis le nez cette semaine sur un troisième exemplaire de ce modèle.
Charles James, robe de bal

Ce modèle est dans des tons de bleu, mais la forme et la matière sont identiques - une jupe longue et ample, et par-dessus un corsage avec une sur-jupe relevée en plis sur les hanches. Le tout en satin et taffetas de soie.
Robe de bal, Charles James, 1950-52
Robe de bal, Charles James, 1951-52
Les plis donnent du volume sur les hanches et au bas du dos - James a souvent dans son travail fait référence à la mode des robes à tournure (1870-1890) - il a même appelé un de ses modèles "Bustle", soit "Tournure" en Anglais.
Robe en soie, par Charles James 
Les deux photographies sont tirés d'un des livres que je mentionnais dans mon précédent post "Belles robes", Charles James, Beyond Fashion, édité par le MET, Metropolitan Museum of Art de New York.
La robe est a priori conservée elle aussi au MET - je n'ai pas réussi à la dénicher dans leur base de données en ligne.
En revanche, le livre présente aussi une photo de la robe - ou d'un des robes, en noir et blanc on a du mal à savoir de quelle variation il s'agit - portée par une modèle.
Charles James, robe de bal
Photo backstage d'un défilé organisé par James aux Coty Awards en octobre 1950
Le livre suggère que la cambrure de la modèle est due uniquement à sa position - je ne suis pas d'accord, de telles proportions sont très rares, et je ne suis pas sûre que même la plus callipyge des femmes obtienne cette cambrure sans une petite aide technique quelque part.
D'autant plus que le MET conserve aussi un support de jupe parfaitement adéquat pour donner le gonflant nécessaire au-dessus des hanches :
coussinet pour hanches
Coussin de hanches, Charles James, vers 1950, MET Museum
La combinaison d'une de ces robes et du petit coussin me semble l'option la plus vraisemblable pour expliquer les formes de la demoiselle sur la photo. Ce qui voudrait dire, en passant, que les mannequinages ne correspondent pas à la façon dont James voulait que soient portées ces robes.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le, et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir mes prochaines publications gratuitement dans votre boite mail !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire