2016/02/08

La belle robe de la semaine - Charles James

La robe que je vous présente aujourd'hui est un double retour dans le temps : elle date de la toute fin des années 1940, et joue avec formes et draperies pour rappeler les robes à tournure des années 1880.
Inspiration pour robe de mariée,Charles James, 1948-49
Robe de bal, Charles James, 1949, MET Museum
J'ai dit une robe ? Non attendez, en fait il y en a deux :
Robes de mariée et de bal,Charles James, 1948-49
Robe de bal à gauche, robe de mariée à droite
Je soupçonne un manque de jupons sous la robe de mariée à droite, d'où le tombé bizarre
Sisi, je vous assure, ce sont deux robes différentes toutes les deux conservées au MET Museum, officiellement étiquettées, l'une comme robe de bal, et la seconde comme robe de mariée. Moi aussi je me suis pincée et j'ai vérifié les numéros d'inventaire quand j'ai trouvé la seconde. Il semblerait que l'une soit plus ivoire et l'autre plus rosée, et que la robe de mariée aie une jupe de dessous un peu plus plissée que sa petite sœur. Semblerait. Un peu.
Les deux robes sont des créations de Charles James, un grand couturier américain qui occupe une place un peu à part dans l'Histoire de la Mode.
Robe de mariée, Charles James, 1948-49
Deux images de la robe de mariée (?)
Au lieu de travailler par collections, le couturier se voit comme un artiste, sculpteur de silhouettes, qui va revisiter et retravailler régulièrement les mêmes thèmes. Avec des jeux de matériaux complexes, il modifie radicalement la silhouette féminine.
Celle-ci, c'est le robe de mariée !
J'aime beaucoup le travail de James, et ces robes sont un excellent exemple d'une mode ancienne remise au goût du jour avec brio.

Pour les curieu-x-ses, beaucoup des robes du couturier sont conservées au MET, et je peux vous recommander deux très beaux livres à son sujet : Charles James, Beyond Fashion (catalogue d'une exposition du même musée), et le plus technique mais superbe aussi Charles James, Designer in Detail, édité par le V&A Museum qui, dans la lignée de leurs autres ouvrages ... in Detail, met en regard des photos des pièces des dessins détaillés de leur construction.

Et pour finir, James a beaucoup inspiré les costumiers du film Cendrillon, pour la garde-robe de la méchante belle-mère (jouée par Cate Blanchett), qui semble sortie d'une gravure de mode de 1950, avec beaucoup beaucoup de taffetas de soie.
Cate Blanchette en Lady Tremaine dans Centrillon
J'aime cette robe 'amour. Je veux toute la garde-robe du personnage, d'ailleurs. Je trouverai bien une occasion de la porter !

Le style de James se démarque clairement des grandes robes romantiques plus "classiques", et ne plaît pas toujours à tout le monde. Et vous, convaincu-e-s ou non ?
Pensez- à me laisser votre adresse email pour ne rien rater de mes publications !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire