2015/07/23

Sortie historique - costumes populaires sous la Révolution, première partie

Il y a longtemps que je n'avais pas fait d’événement en costume historique, trop longtemps ! Il y fut enfin remédié dimanche dernier - en compagnie de ma chère Costumière Hystérique et un enfant sous chaque bras, je suis allée faire un tour aux (petites cette année) Fêtes révolutionnaires de Vizille.
Sortie en coxtume XVIIIème

Le costume historique populaire

Notre petit groupe visait une reconstitution de costumes populaires, autour de 1789 puisque nous avons profité de l'occasion pour aller à Vizille faire un tour aux Fêtes Révolutionnaires. Même si le thème de l'année était Napoléon (ou le scoubidou rose, selon où l'on regarde).

Les vêtements ne sont pas des costumes d'apparat mais des vêtements faits pour pouvoir bouger, marcher, travailler dedans. Pas de soies, mais des cotonnades (et un peu de lin) au niveau des tissus.
J'ai utilisé assez peu d'unis - seulement deux, dans des teintes plutôt sombres (= pas trop salissantes). La majorité des tissus sont des cotons imprimés, ou teintés fil-à-fil en bleu et blanc. J'aurais sans doute utilisé un peu plus de carreaux si j'en avais trouvé qui me convainquent - j'ai surtout rencontré des rayures. Imprimés, rayures et carreaux sont (contrairement à ce que j'ai pu entendre récemment, ahem), très courant dans l'habillement populaire. L'embargo sur les indiennes est levé depuis trente ans, des manufactures se sont montées en France.
Pour les celles et ceux curieux d'en savoir plus, je vous conseille la compilation de textiles des enfants trouvés de Londres, Threads of feelings,  les compilations vestimentaires effectuées par Costumière Hystérique, et même si vous êtes d'humeur à fouiller dans des vrais livres en vrai papier, le catalogue de l'exposition Indiennes sublimes ou En Jupon Piqué et Robe d'Indienne, par exemple.

Un costume de Madame Toulemonde

Pour ma part je vous ai déjà montré en détail le manteau de lit.
J'ai choisi, rapport aux 37°C à l'ombre, de me passer du corps à baleines (un peu trop prout-prout pour le personnage incarné de toute façon) ou de blanc corset (que je n'ai pas encore même si c'est sur ma liste de projets). Liberté de mouvement, légèreté et une épaisseur de moins !
Reconstitution costume historique XVIIIème
Je porte donc mon manteau de lit sur une paire de bas (patahistos, qui ont sauté à plusieurs moments de la journée sous la pression du Mouvement de Libération es Doigts de Pieds par Temps de Canicule), une chemise en coton, et deux jupons.
Le jupon de dessous est en coton imprimé pas-histo-du-tout, parce que j'avais envie d'un jupon que je puisse porter comme jupe au quotidien et que j'avais un tissu rigolo sous la main.
Poches et jupons
Voilà, j'ai confessé mon crime.
Ah oui tiens, on en aperçoit une sur la photo : je porte entre les deux jupons une paire de poches toutes bêtes en coton écru. Pour ranger le nécessaire de survie moderne (hop, caché le smartphone !) comme historique (mouchoirs et autres petits accessoires).
Costume de femme, reconstitution XVIIIème

Par-dessus, un jupon uni (bien plus long, comme ça on cache le violet rose), dans un genre de lin ou coton. J'ai pris un tissu assez neutre et peu salissant, plausible pour un costume de tous les jours mais qui ne fasse pas trop carnaval de couleurs avec les autres éléments du costume. J'avais déjà de l'indienne et des rayures rien que sur le manteau de lit, sans parler des accessoires...

Les accessoires

Enfin "accessoires"... ce sont bien plus des standards que la petite pochette en strass de nos jours...
Soyez sympas, oubliez tout de suite ma coiffe. Je n'ai pas eu le temps d'en refaire une. elle est en synthétique et beaucoup trop grande, donc trop chic, en plus de mal tomber sur une coiffure où les cheveux ne sont pas crêpés. Le manque de temps a frappé, à la tête.
Costume populaire sous la Révolution
J'avais déjà aussi montré le tablier, en lin rayé fil-à-fil. Il ne sert pas juste à protéger la tenue, il tient aussi le manteau de lit fermé !
Le tablier permet aussi de tenir le fichu en place (grâce à quelques épingles bien placées). Fichu en lin rayé aussi - mais avec des rayures plus fines), c'est juste un grand carré ourlé.
Accessoires et tablier années 1780
Les petits nœuds rouges sont ce qui se rapproche le plus d'une cocarde, des rubans aux couleurs de la Nation. On les retrouve sur les représentations des femmes lors des journées d'octobre 1789, cf. les recherches iconographiques de Heileen de Costumière Hystérique. Ils sont juste épinglés sur le tablier - ils pourraient être cousus à points rapides, Heileen en a perdu un en fin de journée.
Sur le côté droit, j'ai ajouté une petite pelote d'épingles - ma première tentative, brodée par mes soins. Un jour j'en referais une plus grande et bourrée de sciure, ce sera mieux.
Pelote d'épingles brodée Embroidered pincushion
Broderie totalement moderne et improvisée pour le fun.
Piqués dedans il y a... plein d'épingles ! L'épingle étant un élément de base de l'habillage au XVIIIème, en avoir une bonne quantité sur soi est indispensable. Logiquement j'aurais pu y piquer aussi quelques aiguilles.
A ce petit coussin est cousu un ruban, et à l'autre bout du ruban est accroché une petite (un peu trop petite pour être bien visible) paire de ciseaux. C'est un peu la version populaire et minimaliste de la châtelaine !
Le ruban est accroché aux cordons du tablier - qui sert décidément à tout.

Confort et légèreté

Dimanche, il faisait très chaud. Nous avions deux enfants plus ou moins en forme à gérer, un panier de pique-nique à transporter, avec une gourde pleine d'eau, le repas et un gros réflex.
Costume historique, Vizille près de Grenoble
Nous avons quand même fait le grand tour du parc - avec des pauses certes. Le costume me laisse une grande liberté de mouvement pour soulever, porter, reposer des charges plus ou moins gigotantes. Avec les jupons plus courts et assez léger, l'ensemble reste vivable malgré la très forte chaleur, et j'étais bien protégée du soleil.
Une vue du manteau de lit sans le tablier
En résumé : faites du populaire ! Portez du populaire ! La majorité de la population ne s'enveloppait pas de soie...
Au frais à l'ombre...
Comme ce post est déjà bien long, je me garde les costumes des mini-trolls pour un second article.

Vous ne voulez pas manquer la deuxième partie, inscrivez-vous ici pour recevoir directement le lien quand je le posterai !








2 commentaires:

  1. Oh j'adore ! Ça fleure bon l'authentique et en plus c'est joli. Mille fois bravo. ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Je milite pour convaincre les gens que le populaire aussi, c'est joli !

      Supprimer