2014/10/02

Un post du jeudi pas dans mon atelier

Un non-post-du-jeudi en quelque sorte... pour changer !
En août dernier, j'ai exposé sur un marché médiéval, et les organisateurs demandent d'avoir un stand et un costume raccords avec l'ambiance. Pas forcément complètement histo (heureusement, vu que je suis à peu près 100% süre que mon barnum ne l'est pas), mais qui soit globalement dans l'ambiance. Comme j'ai réussi à oublier jusqu'au matin du marché en question que, nom d'un chien, je n'avais qu'à me faire une tenue avec les patrons de mes pièces à la vente (admirez le cerveau de bernacle), je me suis, après de longues délibérations internes, décidée pour succomber à la folie de la robe Game of Thrones. (sérieusement, ALLEZ VOIR les deux robes en question, juste wow !!!)
DSC_0163J'ai passé de looongues semaines à me demander ce que j'allais me coudre (oubliant au passage l'existence de ma Robe Florentine qui serait passée, quoique un poil limite), ensuite j'ai passé de loooongues journées à décider du tissu, et au final j'ai du rusher la couture de la robe en une grosse semaine, avec les enfants à plein temps et le reste du marché à préparer en parallèle, stock et stand... et une panne de machine à coudre !. Du coup, l'intérieur est... fonctionnel.
DSC_0208
Je voulais un tissu à la fois fluide et brillant, quelque chose qui fasse luxueux, et je n'avais absolument pas le temps (ni le talent de Michelle Carragher) pour la broderie. Et comme en plus je savais que j'allais transpirer dedans et passer deux heures dans la poussière, je voulais pouvoir passer la chose à la machine à laver. Le tout dans un budget restreint parce que bon, robe à usage presque unique, à part celui de développer un patron. J'ai des exigences simples dans la vie, moi. J'ai choisi des tissus à sari, le vert est un synthétique absolument fantastique, avec un tombé magnifique et qui coule comme de l'eau, le orange est en fait une sorte de gaze à petits carreaux en théorie en coton (mais pas entièrement, le coton ça fond pas au fer...) fuschia et doré.
DSC_0290Le détail amusant étant que les saris, c'est long (5 à 6 mètres pour ceux que j'ai choisis), mais c'est étroit. Et je voulais utiliser la partie décorée du sari sur l'avant, et les bordures à l'encolure devant, aux manches, au milieu dos et en haut et en bas du jupon, ce qui me limitait pour le placement des pièces et me laissait une larguer utile d'un petit mètre (moins la grosse tache que j'ai du contourner...). Cette robe est sérieusement piécée !
DSC_0328J'ai drapé le patron sur ma fidèle Catelyn (pour une fois, elle était dans le thème !) qui a des mesures très proches des miennes. La robe est une robe portefeuille, elle est fermée par deux liens à l'intérieur du côté gauche et trois liens du côté droit à l'extérieur (enfin, deux à droite et un troisième à l'encolure). Il y a aussi un sergé un peu large, cousu aux couture du dos, qui vient s'attacher devant la taille et garde le dos bien en place - petit truc très classique sur les robes victoriennes qui fait des miracles pour faire une jolie chute de reins.
DSC_0220Sous la robe je porte donc un jupon dans le même sari que les empiècements de côté - pas vraiment pour la pudeur, les pans de devant se croisent largement et ne s'ouvrent pas, que ce soit en marchant, en tournant pour faire voler la jupe ou même en montant en voiture ou en démontant un stand ! Du coup le jupon sert à donner du volume (le tissu est à la fois léger et raide, parfait pour cet usage) et à rendre les côtés plus opaques, vu que la gaze est assez transparente.
La robe elle-même, à part les mini-manches, est doublée de coton pour donner de la tenue au synthétique - et parce que le synthétique à même la peau, en été, ça colle, ça n'absorbe pas la transpiration et ça fait cocotte-minute, en bref, c'est fort peu agréable.
Je n'ai pas réussi à faire de photos sur le marché, alors j'ai embauché ma complice Eysméralda et son joujou photographique pour me faire tirer le portrait dans un cadre qui-va-bien. Non seulement elle a fourni le cadre (gloire à elle !), mais elle a parfaitement rendu l'ambiance un peu surréelle que je voulais pour ce photo-shoot, et elle réussi à tirer des clichés qui me plaisent d'un modèle, comment dire... je ne suis pas très à l'aise devant l'objectif !
Le patron a été un peu dicté par les contraintes des quantités de tissu, et au final je suis très contente du résultat et je me suis donc empressée de le retravailler pour l'adapter à d'autres types de morphologie et le recréer en version mariage. Il va y avoir plein de jolis jeux de textures et de petits détails...

DSC_0246-b DSC_0201 DSC_0259b
Tu le vois l'effet Catelyn Stark sut la dernière image ?
Robe, maquillage, coiffure, post-traitement des images : Green Martha
Photos : Eysméralda Darkstone


J'ai fait une petite sélection, l'ensemble des photos (moins les choses bizarres où je tombe, où j'ai des mains de zombie ou autres surexpositions bizarres) sont sagement rangées dans un album FlickR, par là.

1 commentaire: