2013/08/06

Un petit nouveau dans la bibliothèque

J'ai craqué (encore) sur un nouveau présssssieux, que je viens tout juste de finir de lire. l'occasion de me fendre d'une petite critique, pour ceux et celles que l'investissement tenterait :
Embellishments, Constructing the Victorian Detail, par Astrida Schaeffer.
La surcharge décorative de beaucoup de robes de la Belle Époque, c'est un peu un de mes dadas, et un aspect dont j'essaie de m'approcher un peu plus, donc forcément, j'ai été intéressée dès que j'ai vu passer la campagne Kickstarter qui a donné naissance à ce livre. J'ai investi dedans aussi pour le plaisir de l'aider à voir le jour - en échange d'une jolie série de cartes postales et marque-pages couleur grand format reprenant des illustrations de l'ouvrage. Actuellement, le livre est disponible sur le site de l'auteur, ici.

Y a quoi dedans ?

Le livre fait 109 pages - dans une disposition plutôt aéré. On y voit une dizaine de pièces,  principalement des robes (et un manteau et un tailleur), de 1870 à 1909, avec de nombreuses photos de détails, une poignée de vues générales de l'exposition dont est tirée le livre, et pas mal de schémas explicatifs. A travers des exemples détaillés et des vues en gros plan, l'auteur décompose les combinaisons de plis, appliqués, etc... qui décorent les vêtements présentés et explique pas à pas leur réalisation. L'ensemble est structuré en chapitres selon les différentes techniques employées : plis et ruchés, lacet et soutache, appliqué...

C'est bien joli...

1905-1910, Kent State University Museum
Le livre présente une robe presque identique (la jupe
surtout)... vue de TRES près
Rien à dire, l'esthétique est léchée et la qualité des photos fait globalement pâlir certains catalogues d'expos français. C'est je crois le premier livre de ma biblio où l'on peut observer aussi précisément à la fois la version en pied de la robe et le petit détail, là, sur l'ourlet. Les instructions sont claires et permettent de découper une décoration complexe (comme celle présentée sur la couverture) en une série de détails simples.
Les robes présentées, sont peu ou pas présentes sur internet à l'heure actuelle. Elles proviennent de la collection Irma Bowen, du musée de l'université du New Hampshire. Ce sont, à l'exception d'une robe blanche de la maison Rouff, des robes américaines, pour certaines faites maison - rafraîchissant changement du trio Worth-Poiret-Chanel qui revient un peu trop souvent à mon goût. J'ai beaucoup aimé la robe avec son col assorti - les cols et jabots sont sur-représentés dans les magazines et pour ainsi dire absents des expositions en général - globalement, les vêtements présentées sont ce que je qualifierais dans un élan d'emphase de "tueries".

L'envolée lyrique

IMG_9421Oui, tant qu'on en parle... Je suis peut-être bizarre, mais moi quand je lis un truc documentaire, je veux des faits, des données concrètes, en bref des informations bien carrées - une hypothèse ou une piste de réflexion bien construites et argumentées je prends aussi. Pour le grand spectacle, je suis en train de lire le dernier Trône de Fer, ça va bien, merci, j'ai ce qu'il faut. Bon, j'en fais un peu des tonnes, mais l'auteur se laisse souvent emporter dans de grandes envolées de supputations sur les réactions déclenchées par la robe ou les intentions de la porteuse. Ce qui n'apporte strictement rien au schmilblick, et parfois sombre dans le n'importe nawak - non, une nana un tantinet friquée ne portera a priori pas un tailleur à une soirée, oui, la mode changeait chaque saison, comme euh... maintenant en fait. Ouhlà que c'est tétonnant.
Pour le côté plus technique, je n'ai pas appris grand chose au niveau des tutoriel de la première partie du livre - à partie du travail du ruban j'ai été plus intéressée. Ce n'est pas choquant, le livre se revendique pour des débutants plutôt que pour des costumeux confirmés. Sur ce point, il fait bien son boulot.
J'ai apprécié de pouvoir regarder sous toutes leurs coutures les vêtements, mais je dois dire que parfois la navigation entre le texte, l'illustration et gros plan et le renvoi à l'image en pied est malcommode.

L'impression générale

J'ai beaucoup aimé les pièces présentées (j'ai très envie d'intégrer le manteau avec appliqués de laine à mon Projet Grosses Manches) et les GROS zooms. Et puis, ça fait toujorus plaisir de découvrir de nouvelles pièces.
Au final, le livre m'a semblé quand même un peu léger - c'est plus raisonnable en prenant en compte le prix de vente final qu'au regard de ma participation Kickstarter. Les descriptions font souvent double-emploi avec les illustrations. Beaucoup de schémas, mais peu de photos de techniques en action dans les tutoriels, et un recours relativement rare aux gravures et instructions d'époque - alors que, soyons honnêtes, dans le domaine, il n'y a qu'à se baisser pour en trouver.
C'est clairement un livre pour quelqu'un qui se lance dans le victorien ou le victorien-like (sous réserve que vous lisiez l'Anglais - il y a un lexique à la fin du livre, donc il n'est pas impératif de bien connaître les termes techniques). Ou pour quelqu'un qui ne peut juste pas s'empêcher de craquer sur de photos de belles robes (que celle qui n'a jamais péché me jette la première pierre). Pas indispensable, mais sympathique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire