2012/03/21

Par ici, non par là

Olympie - lundi
Parfois je n'avance pas très linéairement dans mon travail. Parfois aussi je bricole.
Ok, correction : je bricole la plupart du temps.
Je suis une indécrottable adepte de la méthode manuelle. J'ai quelques notions de modernité, remarquez, une tablette graphique et une certaine aisance à bricoler (encore) avec TheGimp (époux informaticien oblige, chez nous c'est logiciels libres). Mais je commence toujours par bidouiller mes illustrations sur papier. J'aime le côté spontané et pas complètement maîtrisé de l'encre sur le papier, les petites coulures, l'imprégnation, les dérapages...
Le souci, c'est que sur papier, y a pas de Ctrl+Z.
Olympie - mardi
Quand je me plante à l'encre, je me plante sans espoir de retour.
Bon oui, bien sûr, je commence par bosser au crayon, mais des fois, je ne me rends compte que quelque chos ene fonctionne pas que quand j'en suis à l'encrer. C'est ballot hein.
Heureusement pour moi, des gens très bien ont inventé un truc que l'on appelle "fluide correcteur" quand on veut éviter de nommer des marques. Oui, je sais, il y a aussi des encres blanches mais euh... le tipp-ex en fait, c'est pratique. Ca rentre dans ma trousse, je peux l'emporter au square avec moi - effet pervers du cumul des casquettes maman + illustratrice.
Olympie - mercredi
Donc je bricole entre l'encre et le blanco. Alors oui, sur la photo ça se voit (particulièrement), mais comme tout ça va être retraité par ma petite bécane informatique préférée, re-contrasté, corrigé, nettoyé et finalement colorisé, ça n'a pas grande importance. Pas plus que n'en a le fait que ce sera scanné en plusieurs morceaux.
Parce que ça n'aurait pas été drôle si je n'avais pas du bricoler encore un peu plus, hein ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire